Krim Belkacem


Krim Belkacem était un homme politique algérien et chef historique du Front de Libération Nationale (FLN) pendant la guerre d’indépendance. Né le 14 septembre 1922 à Draâ El Mizan en Kabylie, il obtient son Certificat d’études à Alger et occupe un emploi dans sa commune natale. En 1943, Il est mobilisé dans le 1er Régiment des Tirailleurs Algériens comme caporal-chef.

Après sa démobilisation, il adhère au Parti du Peuple Algérien (PPA). Il prend le maquis suite à sa convocation par les autorités françaises le 23 mars 1947 qui l’accusât d’atteinte à la souveraineté de l’Etat. Son père subit alors des menaces qui poussent Krim Belkacem à dresser, en guise de représailles, une embuscade contre le caïd et tue le garde-champêtre. Il est jugé pour meurtres et condamné à mort par contumace en 1947 et 1950. Il est nommé responsable du PPA-MTLD pour toute la Kabylie à la tête des 22 maquisards qui composent sont état-major. Amar Ouamrane était son plus proche collaborateur.

En 1954, Krim Belkacem rencontre à Alger Mohamed Boudiaf, Didouche Mourad et Mostefa Ben Boulaïd qui se mettent d’accord sur la nécessité d’une 3e force. Il devient le 6e membre de la direction intérieure du FLN et responsable de la zone de Kabylie au déclenchement de l’insurrection du 1er novembre 1954.

Après le congrès de la Soummam en 1956, il entre au CEE et domine le FLN-ALN au poste de vice-président du GPRA et ministre des forces armées entre 1957 et 1959.

Après la bataille d’Alger, il quitte l’Algérie et s’allie à Abdelhafid Boussouf et Ben Tobbal contre Abane Ramdane. Il occupa les postes du vice-président du Conseil et ministre des Forces armées du GPRA, ministre des affaires étrangères et ministre de l’intérieur entre 1958 et 1961 et participa en 1962 aux négociations avec la France lors des Accords d’Evian.

Il est forcé de se retirer après avoir affiché son opposition à la création du bureau politique du FLN par Mohamed Khider, Houari Boumediene, et Ahmed Ben Bella mais revient après le coup d’Etat du 19 juin 1965. Il est condamné à mort par contumace par la justice algérienne pour avoir organiser plusieurs tentatives d’assassinat contre le président Boumediene.

Krim Belkacem est retrouvé mort étranglé avec sa cravate dans sa chambre d’hôtel le 18 octobre 1970 à Frankfort en Allemagne, probablement avec la complicité des services secrets algériens. Il repose au Carré des Martyrs depuis le 24 octobre 1984.

1 commentaire: